• 17 mai 2011 à la librairie Quai des Mots :
     
    une double rencontre autour des Heures silencieuses :

    Avec le public bien sûr, et en début d'après midi, avec une trentaine de lycéens de seconde et de première du Lycée Louis Lapicque, pour une séquence de questions-réponses d'une heure trente environ, à l'initiative de Véronique Bart, leur professeur de français, aussi passionnée qu'impliquée !
    Pas d'étude intégrale du livre, mais des chapitres proposés aux élèves en fonction de leur personnalité ou de leurs centres d'intérêt. De plus, étude sans enjeu, puisque qu'il ne s'agissait pas de séquences notées. Lecture plaisir, donc, tout du moins je l'espère....

    Les élèves avaient tout d'abord été invités s'intéresser au tableau, à sa composition, ses équilibres, ses couleurs, à le redessiner à leur façon afin de s'imprégner de ses éléments, puis à inventer à leur tout leur propre histoire, avec un court texte, en donnant la parole à l'un des personnages : la femme de dos, la servante, ou l'homme qu'on devine dans le baldaquin.
    Différents thèmes ont ensuite été identifiés : la mer, la musique, les souvenirs d'enfance, la lumière du matin, le serment inviolable, la rencontre avec le fiancé, les filles de Magadalena... Pour chacun, un bref passage découpé et une phrase extraite, recopiée, l'ensemble constituant une frise, une histoire dans l'histoire presque...

    J'avoue avoir été très touchée d'un tel intérêt porté mon livre. Comment ne pas l'être ? Mais au-delà de cette satisfaction, j'ai surtout été frappée par la diversité et la richesse des imaginaires des lycéens, leur capacité à entrer, avec talent souvent, dans un univers et à s'y laisser porter. Plusieurs romans en germe, à partir d'un visuel unique...

    Et je tiens à exprimer ma sincère admiration, c'est bien le mot, à Véronique Bart pour la passion et l'énergie qu'elle déploie autour des lettres, qu'il s'agisse d' ateliers d'écriture qu'elle anime,de nombreuses rencontres avec des écrivains et des poètes qu'elle initie depuis des années.
    Montrer aux « ados », en dépit de leurs sollicitations multiples, que les livres, les mots constituent des univers infiniment vivants, multiples, proches de nos vies et de nos émotions.
    Et plus que jamais, s'il était besoin de le prouver, chacun aura pu constater combien une librairie est un espace de vie, de voyage, accueillant, ouvert. Un quai d'où les mots appareillent à la rencontre de l'imaginaire de chacun.
    J'ai été particulièrement heureuse d'y contribuer cet après-midi là.

    Un très grand merci à Isabelle Colin, à son équipe, à Véronique Bart et ses élèves de leur accueil si chaleureux, si attentionné à mon égard.

    Quelques images...d'Épinal (facile, mais la tentation était trop forte...). Merci à Joël pour les photos prises pendant la séance.

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique