• Bois flottants

    Textes : Gaëlle Josse, dessins : Véronique Soriano

    Paru dans la revue N4728, n°18, juin 2010

     


     

     

    1

    les yeux fermés Ipod

    aux doigts

    mais quelles musiques écoutent donc

    les gens ?


    c’est secret comme

    une prière


    les voix qui nous consolent

    et

    nous



    nus à l’os





     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2

    quand on dit c’est la vie

    il y a un embarras une épine un caillou misère


    un dérapage quelque

    inattendu

    coup de vent sur la tour Eiffel en allumettes


    & les soupirs qui vont avec

    et nos mains

    qui n’ont pas de prise



     




     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3

    assise

    au milieu

    des jours glissants


    jachère incertaine


    très


    recommencer ?




     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    4

    face à face avec l’écran

    miroir

    yeux brûlés

    une tasse vide un reste de tartine

    & les mots dans leur lent sédiment


    la voix se pose mais

    il est tard


    on verra

    demain/enregistrer les modifications ?






     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    5

    pensées passantes

    images déroulantes


    projections privées

    tant antérieures


    demeurent

    au ventre à la peau

    ligature au sang






     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    6

    si peu de place pour déplier

    le regard la ville

    multiplie ses verticales empilages

    plafonds/corps/meubles/objets et le reste


    le peu de place qui demeure pour

    nos pensées

    bois flottants au fil

    de nos cours d’eaux intérieurs


    leurs affluents inapprivoisés






     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    7

    on habite une langue

    une

    poignée de mots



    qui sans cesse reviennent


    nos océans




     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

    8

    c’est gris c’est bureau

    c’est train c’est métro


    et je ne suis sûre de rien



    désir d’une voix cicatrisante






     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    9

    les pierres ont veillé des siècles

    de prière

    murmures reçus bouches tremblantes


    mots en dépôt

    que le vent emmène 


    qui que vous soyez pitié

    pitié du cœur désaccordé

    des hommes


    je cherche un lieu un arbre

    une pierre


    où poser ce qui me transperce





     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    10

    veiller

    le jour habiter

    la page


    embranchements allers venues retours ratures fausses

    routes


    entre quelques esquives


    et déjà entre chien et loup






     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    11

    dissoudre la fatigue n’ai pas trouvé

    la recette


    dormir ?


    impatience d’un lendemain


    habitable




     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique